Nombre total de pages vues

vendredi 5 mai 2017

Marine Le Pen dementie par monsieur Klein

Il y a de ces concours de circonstances, quand même, qu'on se demanderait presque si c'est du hasard...

Il y a presque un mois, le 9 avril dernier, Marine Le Pen faisait une déclaration étonnante ; « la France n’était pas responsable du Vél’ d’Hiv » déclara-t-elle !

A-t-elle seulement vu une seule fois dans sa vie le film que Joseph Losey tourna en 1976, Mr Klein ?


Ce film, bizarrement, vient de passer hier soir sur Ciné+ Classic, ce qui a permis de se rendre compte que ce sont bien des flics français, et non des allemands, qui ont procédé à la rafle en allant chercher les Juifs et en les amenant dans des bus au Vél' d'Hiv où ils furent parqués en attendant d'être convoyés en train vers les camps de la mort ; ce n'est que lors de l'embarquement dans les wagons que l'on voit des uniformes allemands, auparavant c'est bien notre maréchaussée qui est aux premiers rangs et à la manœuvre.

On passera sur les « anomalies » du film, comme la période d'hiver et le Vél' d'Hiv à découvert alors que la rafle a été effectuée en juillet et que le vélodrome est un bâtiment fermé, ou bien le sigle SNCF sur les trains qui était en fait celui utilisé à partir de 1972, tout ceci est du détail comme aurait dit Jean-Marie et ne remet nullement en cause le fait que ce sont bien des Français qui ont fait le boulot pour les Allemands.

Sur wikipedia on peut lire :
  • Pour Éric Conan et Henry Rousso :
    « Le Vél' d'Hiv' ? L'événement est devenu depuis 1993 le symbole officiel du Vichy antisémite. Mais la grande rafle de , ainsi que toutes celles qui ont suivi, en zone nord comme en zone sud, furent moins la conséquence de l'antisémitisme d'État que celle de la collaboration d'État. Le rôle des Bousquet, Leguay et consorts s'explique non par un fanatisme antijuif, mais par la politique d'un régime prêt à payer le prix du sang, celui des autres, la défense d'une certaine conception de la « souveraineté nationale ». Cette politique n'a pas de lien nécessaire avec les lois antijuives promulguées deux ans plus tôt par Vichy. C'était même ce que la mémoire nationale était supposée intégrer : la part d'autonomie à l'égard de l'occupant. Certes, ces lois ont favorisé ultérieurement l'application de la « Solution finale », un crime prémédité et organisé par les nazis. Statuts, fichiers, lois d'exclusion françaises ont facilité les arrestations massives de 1942-1943. Mais le sens de ces lois, promulguées entre et l'été 1941, n'était pas celui de prémices d'une extermination, projet qui, à ce moment-là, n'est pas à l'ordre du jour, ni dans la politique de Vichy ni même dans celle du Reich. Ces lois françaises exprimaient un principe d'exclusion politique et sociale inscrit au cœur d'une certaine tradition française et qui reste aujourd'hui encore vivante. »
Ainsi à l'origine les collaborateurs vichystes « ne pensaient pas à mal » et n'avaient pas l'intention d'exterminer les Juifs, cependant leur politique liée à leur idéologie antisémite a suffit pour que le résultat soit celui que nous connaissons et que certains encore aujourd'hui, comme la famille Le Pen, tentent soit de minimiser soit carrément de nier.

Cela doit nous faire réfléchir (si ce n'est déjà fait) sur ce qu'il y a non seulement dans la tête d'une Marine Le Pen qui prétend devenir la présidente des Français, mais aussi dans celle de beaucoup de ceux qui veulent voter pour elle en scandant la France aux Français, c'est-à-dire tous les autres dehors !

Évidemment cela ne les dérange nullement s'il s'agit de réfugiés qui dans leur pays d'origine risqueraient leur vie, ils ont déjà montré qu'ils étaient capables de mettre dans des wagons à bétail des gens qu'ils jugeaient indésirables sans se soucier de ce qui allait leur arriver.

En fait quand on y pense bien, nous n'apprenons pas grand chose de l'Histoire, les mêmes faits finissent toujours par se reproduire un jour ou l'autre, ce n'est qu'une question de temps, le temps que la mémoire se soit suffisamment diluée dans les préoccupations du présent et que nous ayons d'autres chats à fouetter.

Et manifestement les Le Pen sont de ceux qui aident à effacer les atrocités du passé.




6 commentaires:

  1. Sans vouloir cautionner en quoi que ce soit les dires de Marine Le Pen (qui a déformé les propos de Chirac qui avait parlé de l'ETAT FRANCAIS), on peut se demander si le gouvernement de Pétain "est" la France (libre), De Gaulle ne le pensait pas.

    Quant à votre billet il ajoute à la confusion bien qu'il ne le veuille pas au départ. Oui il y a eu des collabo mais il y a eu dès le départ une forte résistance. Et si je puis vous donner un conseil ne vous basez pas sur un film l'histoire de cette période est trop compliquée.

    Robert

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut ajouter que le rafle du vel d'hiv n'est pas la première (celles ci ont commencé en 1941)

      Robert

      Supprimer
    2. J'espère que vous n'allez pas me ressortir de Gaulle à chacun de mes billets...

      A cette époque, quoi qu'ait pu en dire de Gaulle, l’État français était bien représenté par Pétain et personne d'autre, de Gaulle lui contestait sa légitimité mais que je sache il n'était pas le chef de l’État ; d'ailleurs vous précisez bien que Pétain n'était pas le chef de la France « libre », ce qui est parfaitement exact mais n'enlève rien au fait que la France « occupée » était dirigée par Pétain aidé de son administration de collaborateurs.

      Qu'il y ait eu une « forte » résistance dès le début de « quelques » courageux, soit, mais la majorité est restée plutôt passive avec une forte minorité de véritables collaborateurs ayant participé activement auprès des Allemands.

      Quant à votre remarque sur le « film d'histoire » et le fait qu'il y ait eu d'autres rafles que celle du Vél' d'Hiv je pense que vous n'avez pas compris le sujet de mon billet, relisez-le attentivement et vous comprendrez.

      Supprimer
  2. Géd,

    Le titre est assez évocateur et la phrase prononcée par madame Le Pen est correcte. Vichy n'est pas la France ni la république puisque Pétain a remplacé l'appellation République française par Etat français.

    Vous avez une forte propension à toujours vouloir avoir raison et ce malgré un manque cruel de connaissances.

    A part ça les camps d'internement ou d'assignation à résidence ont vu le jour en 1938 (loi du 12 novembre). La France n'étais pas le pays accueillant qu'on croit.

    Robert

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un membre de ma famille habite cette localité..

      http://www.memorialcamprivesaltes.eu/2-l-histoire-du-camp-de-rivesaltes.htm

      Robert

      Supprimer
    2. Est-ce qu'on vous a appris à l'école à ne pas être hors sujet ?

      Vous n'avez donc pas lu (ou pas compris, ce qui n'est pas mieux) mon billet, mais à part cela c'est moi qui « veux toujours avoir raison »...

      Je ne suis pas loin de penser que Tsih a peut-être raison à votre sujet.

      Supprimer