Nombre total de pages vues

mardi 29 août 2017

Roy Spencer et Harvey, ou comment désinformer ses lecteurs

Roy Spencer n'a pas pu s'en empêcher, il a fallu qu'il publie un billet de son cru pour nier que les inondations se produisant actuellement dans Houston aient un quelconque lien avec le réchauffement climatique.

Dans Why Houston Flooding Isn’t a Sign of Climate Change il nous dit notamment :
  • There have been many flood disasters in the Houston area, even dating to the mid-1800s when the population was very low. In December of 1935 a massive flood occurred in the downtown area as the water level height measured at Buffalo Bayou in Houston topped out at 54.4 feet.
    • Il y a eu de nombreuses inondations dans la région de Houston, même datant du milieu des années 1800 lorsque la population était très faible. En décembre 1935, une inondation massive s'est produite dans le centre-ville, la hauteur de l'eau mesurée à Buffalo Bayou à Houston dépassant 16,6 mètres.
Il nous montre cette photo impressionnante à l'appui des ses dires :

Downtown Houston flood of 1935 (Inondation dans le centre ville de Houston en 1935)
Et il ajoute pour bien marquer le coup :
  • By way of comparison, as of 6:30 a.m. this (Monday) morning, the water level in the same location is at 38 feet, which is still 16 feet lower than in 1935. I’m sure that will continue to rise.
    • À titre de comparaison, à partir de 6h30 ce matin (lundi), le niveau de l'eau au même endroit est à 11,5 mètres, ce qui est encore 5 mètres plus bas qu'en 1935. Je suis sûr que cela continuera à augmenter.
On le croit sur parole et ce qu'il dit est certainement vrai.

Seulement voilà, notre ami Spencer ne raconte pas toute l'histoire et passe sous silence certains détails qui pourraient gêner son argumentation.

Pourtant il laissait entendre une partie de la raison d'être des inondations quand il disait auparavant :
  • Major floods are difficult to compare throughout history because the ways in which we alter the landscape. For example, as cities like Houston expand over the years, soil is covered up by roads, parking lots, and buildings, with water rapidly draining off rather than soaking into the soil. The population of Houston is now ten times what it was in the 1920s. The Houston metroplex area has expanded greatly and the water drainage is basically in the direction of downtown Houston.
    • Les inondations majeures sont difficiles à comparer tout au long de l'histoire à cause des façons dont nous modifions le paysage. Par exemple, lorsque des villes comme Houston se développent au cours des années, le sol est recouvert de routes, de parcs de stationnement et de bâtiments, avec de l'eau qui s'écoule rapidement plutôt que de pénétrer dans le sol. La population de Houston est maintenant dix fois supérieure à ce qu'elle était dans les années 1920. Le secteur du métroplex de Houston s'est considérablement agrandi et le drainage de l'eau est essentiellement dans la direction du centre-ville de Houston.

Effectivement le "bétonnage" d'une agglomération est généralement considéré comme un facteur aggravant des inondations, cependant la pluie qui tombe du ciel n'est en aucun cas causée par des infrastructures terrestres qui seraient mal configurées, ces dernières étant simplement des amplificateurs de dégâts au niveau du sol.

Par conséquent parler de hauteurs d'eau atteintes à tel ou tel endroit (16,6 mètres par exemple) est non significatif, car justement trop dépendant des infrastructures terrestres ; ce qui est important avant tout, si l'on doit juger de la responsabilité, ou non, du réchauffement climatique, c'est ce que l'on appelle le niveau des précipitations, c'est-à-dire la hauteur d'eau tombée du ciel.

Puisque Spencer évoque les inondations de décembre 1935 voyons donc ce document qui parle de l'année 1935 durant laquelle plusieurs inondations ont eu lieu, MAJOR TEXAS FLOODS OF 1935, et regardons particulièrement ce passage concernant celle de décembre de cette année :
  • From December 6 to 8 torrential rainfall in the Buffalo Bayou Basin, in Harris County, amounted to over 20 inches in some places.
    • Du 6 au 8 décembre, les pluies torrentielles dans le bassin de Buffalo Bayou, dans le comté de Harris, ont atteint plus de 50,8 centimètres dans certains endroits. 
Hum, 50,8 centimètres, alors que l'on nous dit chez Météo-France en date du 28 août :
  • Harvey a en outre engendré des précipitations exceptionnelles. Associées à l'onde de tempête, elles sont à l'origine d'inondations historiques entre la baie de Galveston et Houston. À 4 h locale (11h à Paris), le cumul de précipitations depuis le début de l'épisode dépasse par endroit le mètre. On a enregistré 1092 mm à la station de Houston Sud, et 1067 mm à la station du Bureau de prévisions du temps de Houston. À la station de l'aéroport intercontinental, le cumul atteint 711 mm. Sur le littoral de la Louisiane on a enregistré localement plus de 300 mm.
Ainsi nous ne sommes même pas à la fin de cet événement "exceptionnel" et nous avons déjà par endroits deux fois plus de hauteur d'eau tombée qu'en décembre 1935...
  • Le Centre américain de prévision des cyclones prévoit des cumuls encore exceptionnels jusqu'à la fin de l'épisode : de 180 à 330 mm en plus sur la région de Houston notamment.
Donc nous pourrions enregistrer environ sur Houston un peu moins d'un mètre cinquante d'eau tombée du ciel alors qu'en décembre 1935 il en était tombé pratiquement trois fois moins, avec des conséquences dramatiques pour l'époque !

Et c'est évidemment sans compter sur le fait que Harvey va aussi impacter la Louisiane après avoir dévasté une grande partie du Texas et s'être "rechargé" après un passage au-dessus des eaux chaudes du golfe du Mexique ; car le trajet de Harvey est atypique, après être entré dans les terres et fait du surplace au-dessus de Houston il revient vers le sud au-dessus de la mer pour se rediriger ensuite vers le nord-est :

storm-tracker

Mais il est intéressant de se demander pourquoi en décembre 1935 "si peu de pluies" en comparaison de ce qui arrive aujourd'hui ont pu provoquer des inondations catastrophiques.

Si je dis "si peu de pluie" c'est qu'en fait les 50 centimètres évoqués plus haut sont un maximum, car il a été enregistré des précipitations encore plus faibles dont on peut lire le compte rendu page 276 et s. du rapport :
  • Torrential rains in Harris County from December 6 to 8 caused phenomenal rises in Buffalo and Whiteoak Bayous. Authentic rainfall measurements during the period mentioned ranged from 5.52 inches at Houston to 16.49 inches at Satsuma, in the northwestern portion of the county. The two bayous have their confluence near the wholesale business district of Houston, from whence Buffalo Bayou flows through the city to Galveston Bay.
    • Les pluies torrentielles du 6 au 8 décembre dans le comté de Harris ont entraîné des montées phénoménales dans Buffalo et Whiteoak Bayous. Les mesures de précipitations réelles pendant la période mentionnée variaient de 14 centimètres à Houston à 42 centimètres à Satsuma, dans la partie nord-ouest du comté. Les deux bayous ont leur confluence près du quartier des affaires de gros de Houston, d'où Buffalo Bayou traverse la ville jusqu'à Galveston Bay.
Et nous apprenons qu'en vérité c'est principalement la ville de Houston qui semble avoir été touchée par les inondations :
  • No detailed estimate of the damage caused by the flood was obtained. Most of the damage occurred in the city of Houston. The following relevant information is taken from the United States Weather Bureau publication cited above: Approximately 100 blocks in the business and residential sections of the city were inundated, causing property damage of some $2,500,000, while 8 persons were drowned. Damage was done to buildings, household furnishings, bridges, roads, and merchandise.
    • Aucune estimation détaillée des dommages causés par l'inondation n'a été obtenue. La plupart des dommages ont eu lieu dans la ville de Houston. Les informations pertinentes suivantes sont tirées de la publication du Bureau météorologique des États-Unis cité ci-dessus: environ 100 blocs dans les sections commerciales et résidentielles de la ville ont été inondés, causant des dommages matériels d'environ 2 500 000 $, tandis que 8 personnes ont été noyées. Des dommages ont été causés aux bâtiments, à l'ameublement, aux ponts, aux routes et aux marchandises.
Quand on regarde aujourd'hui les informations (CNN par exemple) on comprend que l'ampleur des dégâts est tout autre qu'en 1935, même si l'on ne déplorerait "que" deux morts, ce qui au passage démontre l'efficacité des prévisions météo et des secours par rapport à 1935.

Pour info nous avons un détail des précipitations pour décembre 1935 :

TABLE 10. Precipitation in inches in Buffalo Bayou and adjacent drainage basins, December 6-8, 1935

On voit bien qu'il y avait beaucoup moins de pluie tombée en décembre 1935 qu'aujourd'hui en août 2017, cela se passe de commentaires.

Alors pourquoi ces fortes inondations en 1935 ?

Le rapport ne donne pas d'indication sur les causes ayant entrainé ces inondations, pour connaître celles-ci il faut lire cet article intitulé Houston's Lost History: Downtown Flood of 1935 (Histoire oubliée de Houston: l'inondation du centre-ville de 1935) qui nous explique ce qui s'est passé :
  • The Houston Ice and Brewing Company was founded in 1893 by Hugh Hamilton. It quickly became the largest brewery in Houston, encompassing 40 acres in downtown. The brewery changed its name to the Magnolia Brewery and was recognized as one of the best breweries in the nation. To help transport its products the Magnolia Bridge was constructed in 1912.
    • The Houston Ice and Brewing Company a été fondée en 1893 par Hugh Hamilton.Elle est rapidement devenue la plus grande brasserie de Houston, englobant 16 hectares au centre-ville. La brasserie a changé de nom pour la brasserie Magnolia et a été reconnue comme l'une des meilleures brasseries du pays. Pour aider à transporter ses produits, le pont Magnolia a été construit en 1912.
  • In 1935 however, the 'beauty spot' of a bridge came back to haunt the entire city.
    • En 1935, cependant, le «site remarquable» du pont est revenu pour hanter toute la ville.
  • Texas was having unseasonably wet weather that particular year. Austin and the Hill Country had been hit hard by heavy rains, and much of North Texas was equally soaked. Since Houston was the final destination for the runoff, our bayous reached maximum capacity fairly quickly in December. On December 7th , Houston was hit by heavy rains. The rain only amounted to 5” in the downtown area, but higher rain falls in the north of the city added even more water. In this situation the bayous would have overflowed their banks evenly like they had in the past, the problem this time was the Magnolia Bridge.
    • Le Texas a eu des conditions météorologiques anormales cette année-là. Austin et le Hill Country ont été frappés par de fortes pluies, et une bonne partie du nord du Texas était pareillement gorgée d'eau. Étant donné que Houston était la destination finale du ruissellement, nos bayous ont atteint la capacité maximale assez rapidement en décembre. Le 7 décembre, Houston a été touchée par de fortes pluies. La pluie ne représentait que 13 centimètres dans le centre-ville, mais des chutes de pluie plus élevées au nord de la ville ont ajouté encore plus d'eau. Dans cette situation, les bayous auraient débordé de leurs rivages comme auparavant, le problème cette fois était le pont Magnolia.
  • The bridge's base, once lauded for its narrow base obstructing the view of Buffalo Bayou, was too narrow for the water to pass through easily. The water backed up until Buffalo Bayou became a reservoir. The water passing under the bridge was under pressure from the water behind it and caused the flood to move at a fairly alarming rate. The water reached 8' deep on Milam Street, and because of the fast moving waters the damage to the building was significantly higher than it would have been in just stagnant water. Bits of buildings were washed away, and several buildings were taken completely off their foundations.
    • La base du pont, dont on faisait autrefois l'éloge pour sa base étroite obstruant la vue de Buffalo Bayou, était trop étroite pour que l'eau puisse passer facilement. L'eau a reflué jusqu'à ce que le Buffalo Bayou devienne un réservoir. L'eau qui passait sous le pont était sous la pression de l'eau derrière elle et faisait que l'inondation se déplaçait à un rythme assez alarmant. L'eau a atteint 2,4 mètres de profondeur sur la rue Milam et, en raison des eaux en mouvement rapide, les dommages causés aux bâtiments étaient nettement plus élevés qu'il ne l'auraient été avec une eau stagnante. Des morceaux de bâtiments ont été emportés, et plusieurs bâtiments ont été complètement arrachés de leurs fondations.
  • Houston was not prepared for such a large amount of water in the center of the city. The flood reached the Heights before subsiding. The emergency responders were pushed beyond measure. The Fire Department was at a severe disadvantage as the floods had knocked out every pumping station in the area. When Yellow Cab caught fire, the Fire Department was forced to sacrifice trucks by driving into the flood waters and pumping the water straight from the flood to extinguish the fire.
    • Houston n'était pas prêt pour une si grande quantité d'eau dans le centre de la ville. L'inondation a atteint les Hauteurs avant de diminuer. Les intervenants d'urgence ont été sollicités démesurément. Le service des incendies était en fort désavantage car les inondations avaient éliminé toutes les stations de pompage de la région. Lorsque Yellow Cab a pris feu, le service des incendies a été forcé de sacrifier les camions en conduisant dans les eaux de crue et en pompant l'eau directement de l'inondation pour éteindre le feu.
  • The flood officially lasted until December 10th. When the waters receded the damage was historic. Almost every bridge in downtown was out. Every building had suffered serious structural damage, and somewhere between 20-40% of the buildings were a total loss. The Magnolia Brewery was destroyed in the flood, as well as the city post office, the MK&T railroad, the Farmer's Market and the city archives. The damage was in the millions of dollars at the height of the Great Depression.
    • L'inondation a officiellement duré jusqu'au 10 décembre. Lorsque les eaux ont reculé, les dommages ont été historiques. Presque tous les ponts du centre-ville étaient détruits. Chaque bâtiment a subi de graves dommages structurels et environ 20 à 40% des bâtiments ont été entièrement perdus. La brasserie Magnolia a été détruite dans les inondations, ainsi que le bureau de poste de la ville, le chemin de fer MK & T, le marché des agriculteurs et les archives de la ville. Les dégâts se chiffraient en millions de dollars au plus fort de la Grande Dépression.
  • The State of Texas ordered an investigation in 1937 on the cause of the increased magnitude of the flood. The commission came down hard on Hamilton's bridge, labeling it as the sole cause of the disaster. For decades after the Magnolia Bridge was synonymous with incompetence in Houston. The city and the state took measures to prevent anything like the flood from ever happening again, leading to the creation of the Flood Control District. Any result was the construction of the reservoirs to hold excess run off during heavy rainfall. Devastated by the flood and the fall out, the Magnolia Brewery limped along until 1950 until it shuttered its doors. You can still find the remnants of the old bridge under the Louisiana Bridge, and portions of the old Brewery itself are still around as the Magnolia Ballroom and Brewery Tap.
    • L'État du Texas a ordonné une enquête en 1937 sur la cause de l'ampleur de l'inondation. La commission a été particulièrement sévère envers le pont de Hamilton [i.e. le constructeur du pont Magnolia], le qualifiant de seule cause de la catastrophe. Pendant plusieurs décennies le pont Magnolia a été synonyme d'incompétence à Houston. La ville et l'État ont pris des mesures pour éviter que les inondations ne se reproduisent, conduisant à la création du district de contrôle des inondations. Un résultat a été la construction des retenues d'eau pour contenir un écoulement excessif lors de fortes pluies. Dévasté par l'inondation et l'effondrement, la brasserie Magnolia a perduré difficilement jusqu'en 1950 jusqu'à ce qu'elle ferme ses portes. Vous pouvez toujours trouver les restes de l'ancien pont sous le pont de la Louisiane, et des portions de la vieille brasserie elle-même sont encore là comme Magnolia Ballroom et Brewery Tap.

Est-ce que vous avez vu chez Spencer la moindre mention au pont Magnolia qui fut la cause essentielle des inondations catastrophiques de décembre 1935 ?

Bien sûr que non.

Un autre site, ehrablog, nous dit :
  • Both the Addicks and Barker reservoirs help to prevent downstream flooding of the Buffalo Bayou which ultimately prevents flooding in the City of Houston. [...] Prior to the construction of these reservoirs in the late 1930’s, flooding was a serious problem within the City of Houston. 
    • Les réservoirs Addicks et Barker aident à prévenir les inondations en aval du Buffalo Bayou qui empêchent finalement les inondations dans la ville de Houston. [...] Avant la construction de ces réservoirs à la fin des années 1930, les inondations constituaient un grave problème au sein de la ville de Houston.

Mais malgré tout cela Spencer ne voit vraiment pas où est le problème :
  • The National Weather Service has termed the event unfolding in the Houston area as unprecedented. I’m not sure why. I suspect in terms of damage and number of people affected, that will be the case. But the primary reason won’t be because this was an unprecedented meteorological event.
    • Le Service météorologique national a qualifié l'événement qui se déroule dans la région de Houston comme sans précédent. Je ne sais pas pourquoi. Je soupçonne qu'en termes de dommages et de nombre de personnes touchées ce sera le cas. Mais la raison principale ne sera pas parce qu'il s'agissait d'un événement météorologique sans précédent.

Alors on peut se demander si Spencer est idiot à ce point-là, ou bien s'il prend simplement ses lecteurs pour des idiots.

Apparemment certains lecteurs doivent pouvoir être placés dans cette catégorie des personnes qui comprend les ânes, les crétins, les ignorants, les imbéciles ou encore les simples d'esprit :
  • 3.  Hug | 29/08/2017 @ 9:16  Nicias (#1), J’étais dans le briançonnais au moment du 14 juillet, en haute-savoie au 15 août, dans le limousin ensuite. A chaque fois, j’ai trouvé la végétation très verdoyante. Rien à voir avec 2003. Vraiment pas de sécheresse apparente, même si je veux bien croire que ce soit tout de même un peu trop sec pour bon nombre d’agriculteurs. Au Texas, c’est la pluie qui l’a emporté ces jours ci. A lire nos merdia mainstream (immonde et figolo par exemple) qui se réfèrent évidemment à un scientifique partial, le rca est au moins facteur aggravant. Il ne faut pas compter sur eux pour se référer un jour à un scientifique plus objectif: http://www.drroyspencer.com/20.....te-change/
Effectivement, désigner Roy Spencer comme quelqu'un d'"objectif" et traiter Stéphane Foucart de "merdia" se référant à Michael Mann, un "scientifique partiel", est faire la preuve, comment dire, d'un certain égarement...

Et "faut-il compter" sur Skyfall pour informer le brave peuple sur la réalité des choses ?

En tout cas le dénommé Hug semble le penser, lui qui trouve "la végétation verdoyante".

Verdoyante comme dans le pays des Bisounours où l'ami Hug se prélasse en se roulant dans les frais alpages.



27 commentaires:

  1. Je suis abasourdi devant tant d'inexactitudes , d'analyses et de conclusions erronées .....

    = La quantité d'eau en 1935 que vous retranscrivez correspond a 1.5 journée de tempête qui n'a fait que passer sur Houston ....

    = La quantité de precipitation que vous exhibez pour Harvey correspond à plus de 3 jours de pluie intense sur Houston . Une des caracteristiques de cette tempete (et difference par rapport a celle de 1935) est que Harvey est resté tres statique au dessus de la region de Houston ....

    Il n y a donc rien d'extraordinaire qu'a un endroit donné il y ait eu 2 fois plus de precipitations avec Harvey parce qu'Harvey est resté deux fois plus longtemps au meme endroit !!!!!

    Cela ne signifie en aucun cas que Harvey a relaché deux fois plus d'eau que la tempete de 1935 au total ......(Figurez vous qu'en 1935, la tempete , apres etre passée sur Houston a continué à relacher del'eau plus loin .... qui est venue inonder Houston ....

    Je dois avouer que comparer une periode de 1,5 jours de precipitations avec une periode de 3-4 jours , c'est tres tres fort

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je constate que vous tentez de faire concurrence à Hug, avec un certain succès d'ailleurs.

      Supprimer
  2. Au fait , il en est ou Yvan Bourgnon avec le Passage du Nord Ouest et les "conditions exceptionnelles liées au RCA" (pour vous citer) ?

    RépondreSupprimer
  3. Ce qui est amusant dans votre mauvaise foi , c'est que vous vous contre-dites dans le meme billet :

    Ainsi pour Harvey vous rejetter l'argument de Spencer lié aux infrastructures . Je vous cite : "cependant la pluie qui tombe du ciel n'est en aucun cas causée par des infrastructures terrestres qui seraient mal configurées, ces dernières étant simplement des amplificateurs de dégâts au niveau du sol"

    En revanche pour l'inondation de 1935 vous attribuez tout au pont Magnolia . Je vous recite : "Est-ce que vous avez vu chez Spencer la moindre mention au pont Magnolia qui fut la cause essentielle des inondations catastrophiques de décembre 1935"

    Sans doute qu'en 1935 , l'eau est apparue "miraculeusement" .
    Bien sur vous faites votre cherry picking habituel en exhibant et comparant ce qui n'est pas comparable ( 4 jours de pluie de Harvey concentrés sur Houston , avec 1.5 jours de pluie en 1935 sur le secteur sud ( alors que dans votre lien il est clairement dit que c'est le secteur Nord qui fut le plus touché par les pluies) sans prendre en compte que les intemperies durait depuis des jours et des jours sur l'ensemble de la région ...

    Au final , Spencer est plus convainquant que vous sur ce point.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vois que vous avez décidé de jouer au plus con avec moi, je dois avouer que je suis battu à plate couture.

      Au fait, apprenez à lire avant de dire des âneries, il me semble vous l'avoir déjà dit, non ?

      Ce n'est pas moi qui compare les inondations actuelles avec celles de décembre 1935, c'est Roy Spencer lui-même !

      Pour le reste de vos commentaires comme c'est à l'avenant je ne perdrai pas de temps à démonter vos élucubrations.

      Supprimer
  4. Effectivement je ne dois pas tres bien comprendre votre billet .
    1) Spencer dit qu'il y a eu des inondations "semblables" en amplitude mais qu'il est difficile de les comparer car les infrastructures urbaines different de facon importante. C 'est exact ou pas ? A partir de la attribuer l'inondation de Harvey au RCA semble un peu précipité . D'ailleur Jean Jouzel , ce matin , sur France Culture , ne s'y est pas hasardé ( pas comme vous)

    2) Comparer les precipitations á un endroit donné entre 1935 et aujourd'hui (sur une durée differente qui plus est) n'a pas beaucoup de sens. ET cela ce n'est pas Spencer qui le fait , mais VOUS !!! Exact ou pas ? VOus qui faites de la randonnée en Montagne , vous devriez savoir que vous pouvez avoir une crue et inondation soudaine a l'endroit ou vous etes alors qu'il fait plein soleil et qu'il n a pas plu a ce meme endroit (mais il y a eu un orage en amont dans la vallée ...) !

    Donc plutot que d'insulter (comme souvent) les gens , pratiquer un peu d'humilité .

    PS : Au fait ou en est l'ENSO que vous nous promettiez en janvier ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. http://sogeco31.blogspot.fr/2017/08/juillet-2017-lun-des-mois-les-plus.html

      Supprimer
    2. J'ai écouté Jean Jouzel sur franceinfotv vers 22h30 ; comme je m'y attendais il a dit ce que Michael Mann ou d'autres scientifiques sérieux disent, à savoir qu'on ne peut pas attribuer Harvey au RCA, et on ne peut pas non plus dire qu'il y aura davantage de tempêtes, par contre celles-ci seront plus violents.

      Confirmation ici : http://letempsdesbanlieues.com/?p=52242

      « attribuer un cyclone destructeur au réchauffement climatique, donc à l’action de l’homme sur l’environnement, demeure scientifiquement impossible »

      « «Les eaux du golfe du Mexique sont très chaudes. Elles ont dépassé les 30°C, confirme Jean Jouzel. Cela n’a fait qu’alimenter la masse d’air et donc les précipitations. Mais cela n’explique pas tout, notamment pourquoi le cyclone s’est déplacé très lentement. Or c’est aussi à cause de cela que les inondations ont été d’une telle ampleur». »

      « Pour ne rien arranger, les cyclones produisent une houle qui génère des «marées de tempête», qui vient s’ajouter à la hausse générale. «Avec un niveau de la mer en hausse de 50 centimètres à un mètre d’ici la fin du siècle, un moins bon écoulement des eaux venus du continent et une augmentation des précipitations», énumère Jean Jouzel, les Harvey, Sandy, Ike et autres Katrina ont de grandes chances de se reproduire dans les années à venir. »

      Donc Jean Jouzel dit exactement la même chose que moi.

      Supprimer
    3. Pour en revenir á ENSO : c'est amusant parce qu'en avril , TOUS les modeles (meme la NOAA) predisaient un El NInO cet été :
      http://www.bom.gov.au/climate/enso/wrap-up/archive/20170411.archive.shtml#tabs=Outlooks

      Etrange , non ?

      Supprimer
    4. However, it should be noted that model outlooks that span the southern autumn period tend to have lower accuracy than outlooks issued at other times of the year. This means outlooks beyond May should be used with some caution.

      Donc non, rien d'étrange à cela.

      Maintenant si vous le voulez bien, j'ai d'autres chats à fouetter.

      Supprimer
    5. AU moins , on peut esperer que vous n'utiliserez plus ces modeles pour etayer votre argumentation comme vous l'avez fait dasn le passé ...

      Supprimer
  5. @Anonyme :
    "Je suis abasourdi devant tant d'inexactitudes , d'analyses et de conclusions erronées ....."

    Vous vous défendez pas mal, il me semble, parce que vous n'hésitez pas à inventer des faits quand ça pourrait appuyer votre argumentation.

    "1.5 journée de tempête qui n'a fait que passer sur Houston ...."

    Que savez-vous de la durée de la tempête et de son passage sur Houston ?

    "Figurez vous qu'en 1935, la tempete , apres etre passée sur Houston a continué à relacher del'eau plus loin .... qui est venue inonder Houston .... "

    Même question.

    "sans prendre en compte que les intemperies durait depuis des jours et des jours sur l'ensemble de la région ..."

    Même question.

    Parce qu'en fait vous n'en savez rien ! Les documents de l'époque attestent de précipitations fortes sur l'est du Texas pendant trois jours avec des pluies les plus fortes tombées sur le nord de Houston. Il n'est pas question de tempête qui se serait déplacée (tempête au sens cyclone tropical), ni de pluie sur des jours et des jours. Et les pluies les plus fortes ont été très limitées géographiquement, comme le montre la carte isohyétale de l'époque (http://imgur.com/KsIioQJ et http://imgur.com/k9rclni).
    A comparer avec les pluies de ces derniers jours : http://imgur.com/oP8ZbbF
    Et pour remettre les choses en perspective, j'ai mis à l'échelle les précipitations sur Houston de 1935 et la zone balayée par Harvey : http://imgur.com/w7v5QwV

    "Cela ne signifie en aucun cas que Harvey a relaché deux fois plus d'eau que la tempete de 1935 au total"

    A votre place, je reverrais cette conclusion.

    RépondreSupprimer
  6. @VB
    Vous avez raison sur plusieurs points.
    a) Je n'aurai pas du parler de tempete de 1935 mais d'intemperies sur le Texas. (votre lien sur la carte isohyetale ne fonctionne pas)
    b) Le pic d'intemperies (pluie diluvienne) sur Houston est de 1.5 jours d'apres les données proposées par l'auteur de ce blog.
    Pourquoi se limiter aux pluies fortes de 1935 sur Houston pendant 1.5 jours , il faut prendre en compte l'ensemble des precipitations qui ont mené á l'inondation ...

    c) Comparer les intemperies du Texas de 1935 avec Harvey afin de demontrer que Harvey est pire a cause du RCA (comme fait dasn le billet) n'a pas grand sens :
    Je maintiens qu'exhiber les pluviometries centrées Houston ne permet pas de conclure que Harvey a relaché 2 fois plus d'eau que les intemperies de 1935 ayant mené a l'inondation : pas la meme echelle de temps , pas la meme echelle geographique
    d) Comme le dit Spencer et finalement l'ensemble des scientifiques comparer les causes des inondations entre 1935 et aujourd'hui est tres compliqué . Tout juste peut on remarquer que Harvey n'a pas crée une inondation "inedite" ...

    Enfin quand á attribuer au RC(A) 7 % de la catastrophe est egalement un raccourci bien hasardeux :

    > Le RC(A) n'est pas homogene sur la planete (il est plus intense en region arctique et moindre en region tropicale d'apres ce que j'ai compris) . Donc appliquer l'integralité du RC(A) moyen sur Harvey pour en deduire une intensité de 7% supplementaire est hasardeux. Les conditions de creation de Harvey etaient elles vraiment superieures á la moyenne de 1935 ? Je ne sais pas , ni vous ...
    > Clausius Clapeyron donne effectivement un accroissement de 7% de quantité de vapeur d'eau a saturation..Theoriquement et en labo (d'apres ce que j'ai compris). En exterieur d'autres parametres entrent en jeu.
    > X% de teneur de vapeur d'eau en plus a saturation, ne signifie pas que les ouragans seront X% plus puissant, relacheront X% d'eau en plus ou feront X% de degats en plus ( personne n'est en mesure d'affirmer cela )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et vous insistez lourdement en vous enfonçant chaque fois davantage...

      « Comparer les intemperies du Texas de 1935 avec Harvey afin de demontrer que Harvey est pire a cause du RCA (comme fait dasn le billet) n'a pas grand sens »

      Vous confondez tout et retournez les arguments comme une crêpe dans sa poêle ; ce n'est pas moi, encore une fois, qui compare Harvey aux inondations de 1935, c'est Spencer lui-même ; et il le fait afin de "prouver" que Harvey n'est pas plus catastrophique qu'en 1935.

      Dans mon billet je ne faisais que pointer du doigt qu'il passait sous silence essentiellement deux faits : 1) les pluies de 1935 étaient sans commune mesure avec les précipitations entrainées par Harvey, et 2) les inondations de 1935 ont été causées par le pont Magniola qui n'a pas permis aux eaux de s'écouler, rien à voir donc avec la situation d'aujourd'hui où non seulement les ponts n'ont pas fait obstacle mais il existe de plus deux retenues d'eau qui ont été construites après les inondations catastrophiques de 1935.

      Quant aux "7%" votre laïus montre que vous n'avez pas lu mon billet (http://sogeco31.blogspot.fr/2017/08/une-question-dhumidite-et-de.html) ou que vous ne l'avez pas compris.

      Je laisse VB vous répondre s'il en a envie, quant à moi je ferme le rideau et m'en vais vaquer à des occupations plus intéressantes que répondre à quelqu'un qui a décidé de ne rien comprendre.

      Supprimer
    2. "1) les pluies de 1935 étaient sans commune mesure avec les précipitations entrainées par Harvey"

      C'est le point de desaccord central : vous n'en savez rien !!! et encore une fois exhiber la pluviometrie sur Houston n'amene rien .

      "2)les inondations de 1935 ont été causées par le pont Magniola qui n'a pas permis aux eaux de s'écouler, rien à voir donc avec la situation d'aujourd'hui où non seulement les ponts n'ont pas fait obstacle mais il existe de plus deux retenues d'eau qui ont été construites après les inondations catastrophiques de 1935."

      Comme d'habitude vous ne retenez que les elements vous arrangeant (vous pensez sans doute que la difference d'urbanisation entre 1935 et aujourd'hui est un facteur neutre )... Je serais bien curieux de connaitre la capacité des retenues d'eau et de savoir dans quelle mesure elles ont "minimiser l'actuelle inondation. VOus tirez des conclusions á la hussarde comme d'habitude :
      > 1935 c'est du a un pont.
      > Harvey , l'amplitude du desastre est du au RC(A) ...


      Supprimer
  7. Voici l'information que je cherchais :
    https://ehrablog.wordpress.com/tag/great-houston-flood-of-1935/

    Apres reflexion, je pense avoir compris votre point de vue et votre démarche. Je m'apercois que l énsemble est pollué par des préjugés (vous envers Spencer, moi envers vous)et que l'on (moi compris) fait dire aux uns et aux autres ce qu'ils ne disent pas. Sur ce point je vous dois des excuses.
    Est il legitime de comparer l'inondation de 1935 avec celle d'aujourd'hui : NON (urbanisation differente , phenomene meteo different ,....)?
    Est il legitime de comparer les intemperies de 1935 sur le Texas avec Harvey ? : Non plus. (echelle de temps du phenomene, echelle geographique, nature du phenomene meteo)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Extrait de mon billet : « Un autre site, ehrablog, nous dit » et suivait un passage sur Addicks and Barker ; si vous l'aviez lu immédiatement au lieu de vous précipiter pour m'accabler de tous les maux (et mots) vous auriez économisé du temps.

      « l énsemble est pollué par des préjugés (vous envers Spencer, moi envers vous »

      Désolé de vous contredire encore une fois mais je n'ai aucun préjugé envers Spencer ; voir https://www.desmogblog.com/roy-spencer

      « je vous dois des excuses. »

      Excuses acceptées, mais je sens que vous allez recommencer...

      Et relisez calmement l'article de Spencer dont le titre à lui seul aurait dû allumer un gyrophare dans votre tête (Why Houston Flooding Isn’t a Sign of Climate Change) ; tout dans l'article de Spencer tend à vous convaincre que le réchauffement climatique n'est nullement en cause dans ce qui est arrivé à Houston ; bien sûr que les infrastructures et l'utilisation des sols a sa part de responsabilité, tout comme en 1935 toutes proportions gardées, mais s'il n'était pas tombé 1m20 de pluie les choses auraient été entièrement différentes ; imaginez que ces 1m20 soient tombés en 1935, je n'ose imaginer les conséquences...

      Supprimer
  8. Le fait qu'une inondation similaire en amplitude ait eu lieu en 1935 ne demontre en rien qu'Harvey n est pas lié au réchauffement climatique ...
    Mais le fait que 1m20 d'eau en 4 jours soit tombé en 2017 sur Houston ne demontre non plus en rien qu'Harvey soit lié au RC .

    Quand á :" imaginez que ces 1m20 soient tombés en 1935, je n'ose imaginer les conséquences..." justement vous ne pouvez pas imaginer . De meme vous ne pouvez pas savoir si les conditions climatiques de 1935 appliqués aujourd'hui auraient crée une inondation similaire personne ne peut le dire aujourd'hui .

    Bien entendu , si vous vous contentez de dire que cela auraient été pire en 1935 si deux fois plus d'eau etait tombé directement sur Houston ( 4 jours au lieu de deux) alors oui c'est vrai mais c'est un truisme .... Car vous ne tenez pas compte de la situation hydrologique global du Texas et des intemperies anterieurs ( les bayous etaient plein .... d'apres le rapport d'enquete)

    Enfin je ne trouve pas trace du fameux pont de Magnolia dans le rapport d'enquete dont vous avez fourni obligemment le lien. Apparemment la seul mention est sur un site bloqué par mon antivirus comme etant suspicieux ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors d'abord voyons la comparaison avec Katrina, qui était déjà un bel ouragan : http://datawrapper.dwcdn.net/WFfGZ/1/

      Ensuite, pour décembre 1935, un maximum de 20,8", soit 53 centimètres sur 3 jours sont tombés sur Satsuma, sur Houston c'était dans les 6" soit 15 centimètres, à comparer avec les 120 centimètres (j'ai même vu 51" soit 130 centimètres sur CNN) de Harvey sur quelques jours de plus.

      Enfin pour le pont Magnolia je n'en sais pas plus, c'est tout ce que j'ai trouvé concernant un compte rendu détaillé des événements, si vous ne pouvez pas accéder au site je n'y peux rien, moi je n'ai aucun problème et je ne vois pas pourquoi ce site serait suspect ; essayez ce lien vers un autre site qui discute du sujet (lisez les commentaires) : http://www.houstonarchitecture.com/haif/topic/32734-researching-1935-flood/

      Vous avez aussi ce site : http://www.savebuffalobayou.org/?page_id=3580

      J'ai l'impression que ce pont Magnolia avait peut-être un autre nom "officiel" et qu'il apparaît donc dans le rapport sous ce nom (simple hypothèse de ma part)

      Supprimer
    2. Tiens vous avez ça aussi : https://www.tribtalk.org/2017/02/06/boomtown-flood-town-reconsidered-an-engineers-view/

      Les commentaires sont intéressants... (belle charge contre des ingénieurs niant "la main de l'homme" comme cause des inondations de 1935)

      Supprimer
  9. J'ai pu acceder a la page RedPub qui n'est pas vraiment un site historique et finalement toutes les autres sources (incuant wiki) pointent dessus . Rien sur la page ne justifie l'assertion , assez enorme, que le pont Magnolia est l'unique responsable de l'inondation . Le rapport de 1937 n'en parle pas et l'autre lien que vous m'avez fourni est un foru qui justement dit que cette assertion est trés contesté ... Vous etes allé vite en besogne mais passons ...

    Voici l'article le plus intelligent pour l'instant que j'ai pu lire sur le sujet :
    https://www.washingtonpost.com/news/capital-weather-gang/wp/2017/09/01/the-truth-about-harvey-and-climate-change-is-in-the-middle/?utm_term=.d56366d02e73

    Ni le journal , ni l'auteur ne peuvent etre soupconnés de climatosceptiscisme ou de liens avec le coté obscur ...

    https://www.washingtonpost.com/news/capital-weather-gang/wp/2017/09/01/the-truth-about-harvey-and-climate-change-is-in-the-middle/?utm_term=.20b7cd03bff1

    Je ne suis pas d'accord avec pas mal de points de l'auteur mais son approche est cohérente , raisonnée et raisonnable. En attribuant au RC(A) , la totalité de la difference entre la situation mesurée des principaux drivers (temperature , humidité , niveau de la mer ...) et ce que ces parametres auraient été en moyenne sans RC(A) , il definit finalement un worst case. ( Bien sur quid de la variabilité climatique , de l'incertitude sur la formation des ouragans etc etc ) .
    Ensuite il regarde comment cette différence a aggravé la situation .... et surprise !! il apparait que c'est marginal .. Avec ou sans RC(A) , Harvey aurait été une catastrophe absolument équivalente . La raison est simple : le blocage météo pendant 4 jours au dessus de Houston !!! Et jusqu'á présent personne n'a pu lier ceci au RC(A).

    Je remarque egalement , M.Mann (qui n'est absolument en rien specialiste des ouragans ...) est contredit par de nombreux specialistes du domaine dont Cliff Mass ...

    Donc Roy Spencer , meme si son argumentation en utilisant 1935 etait erronée , n'etait peut etre pas loin de la réalité ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Relisez un peu mieux le lien http://www.houstonarchitecture.com/haif/topic/32734-researching-1935-flood/ et ce passage : « This is what I got from the official report at the Texas Room »

      Le dénommé TheGlen s'est donc déplacé à la bibliothèque de la ville (http://www2.houstonlibrary.org/hmrc/txr.html) et a consulté les documents dont le fameux rapport qui ne doit pas être celui que j'ai mentionné, qui devait n'être qu'un pré-rapport servant de base à la discussion lors de la commission ; à noter que ce (pré)rapport a été "préparé en collaboration avec le comité des ingénieurs hydrauliques du Texas", on peut donc supposer que "certaines choses" étaient soit passées sous silences soit sous-estimées (mon hypothèse)

      Si vous vous en sentez le courage allez donc à Houston pour voir par vous-même les documents et revenez me faire votre rapport.

      Par ailleurs le fait que le site ne soit pas "historique" n'enlève rien à sa valeur si l'auteur a fait des recherches personnelles qui l'on conduit aux conclusions que l'on peut lire dans l'article ; à moins que vous ne pensiez qu'il a menti, mais alors pour quelle raison ?

      « foru qui justement dit que cette assertion est trés contesté » ; la seule chose qui paraisse contestée c'est que le pont ait accéléré le débit et que ce soit cela qui ait causé les dommages ; autrement il est reconnu que la base du pont était trop étroite pour laisser passer librement les eaux ; vous en penserez ce que vous voulez mais qu'un pont fasse office de barrage dans ces conditions ne me parait pas très salutaire...

      « M.Mann (qui n'est absolument en rien specialiste des ouragans ...) est contredit par de nombreux specialistes du domaine dont Cliff Mass ... »

      C'est marrant quand même que Mann ne soit pas contredit par Kerry Emanuel, un spécialiste de renommée mondiale des ouragans ; il serait intéressant que Cliff Mass rencontre Kerry Emanuel pour discuter du sujet, non ?

      « Donc Roy Spencer [...] n'etait peut etre pas loin de la réalité .... »

      Combien de fois faudra-t-il vous répéter que le seul but de Spencer c'est de vous "prouver" que le RCA ne peut être responsable de RIEN ?

      Supprimer
  10. Voici une position que je qualifie de rationnelle , avec une approche scientifique ....

    http://cliffmass.blogspot.nl/2017/08/global-warming-and-hurricane-harvey.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. « And how much rain?  Here are the 7-day totals around Houston and the general area.   Over 20 inches in the region surrounding Houston (gray color), with the central areas getting 30-50 inches.  An amazing event. »

      On est d'accord.

      Pour le reste il faudrait peut-être que l'auteur de ce blog se rapproche de Kerry Emanuel, LE spécialiste des ouragans, afin qu'ils confrontent leurs points de vue.

      En ce qui me concerne je préfère attendre le prochain rapport du GIEC pour me faire une meilleure opinion sur le sujet, car certainement cet événement sera pris en compte et beaucoup de gens auront planché sur le sujet ; pour le moment l'hypothèse que le RCA a alimenté l'ouragan pour le rendre plus puissant est celle qui tient la corde, par contre pour le surplace il semble encore y avoir débat.

      Supprimer
    2. Au fait, ce blog de Cliff Mass me parait instructif, je vais le rajouter dans ma bloglist

      Supprimer
  11. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Commentaire sans intérêt transféré dans ma nouvelle page inaugurée par BenHague : Poubelle.

      Je ne supprime aucun commentaire, mais j'assignerai à partir d'aujourd'hui la place qu'ils méritent à ceux qui n'apportent rien à la discussion.

      Supprimer